L’époque messianique selon Maïmonide



Mishné Torah. Lois des Rois et des guerres. Chapitre 12 :


« On ne doit pas penser qu’à l’époque messianique, la nature du monde sera annulée ou qu’il apparaisse quelque nouvelle création dans l’oeuvre du Commencement, mais le monde suivra son cours. Quant à ce qu’a exprimé Isaïe : « Le loup séjournera avec le mouton, le léopard se couchera avec le chevreau. » (Isaïe XI, 6), il s’agit d’une parabole et d’une allégorie. En fait, Israël résidera en tranquillité au milieu des méchants de la terre, comparés au loup et au léopard : « Le loup des plaines fait des ravages, la panthère est aux aguets devant leurs villes. » (Jérémie V, 6). Et ils viendront tous à la religion de vérité, ils ne voleront plus et ne détruiront plus, mais ils mangeront les choses permises avec calme comme Israël, ainsi qu’il est dit : « Le lion, comme le bovin, mangera de la paille » (Isaïe XI, 7 ; LXV, 25).

Remarques :


Maïmonide considère que l’époque messianique ne sera nullement différente, au plan naturel, que celle que nous connaissons. Il n’y aura pas de nouvelle création, c’est-à-dire aucune nouvelle loi qui n’existât déjà dans l’univers. Le passage d’Isaïe que nous étudions,où il est fait mention d’une nouvelle création, doit s’entendre comme une protection accrue de Dieu (nuées, cabanes, etc.) vis-à-vis d’Israël, mais non comme une création ex nihilo.
En ce qui concerne les prophéties utilisant l’image des animaux, il faut les entendre au plan allégorique. Les bons, les justes sont comparés aux animaux doux et apprivoisés, alors que les prédateurs désignent les méchants.

Dans ce monde messianique, les méchants continuent d’agir, mais Israël vit en sécurité,sans doute, sur sa terre. Mais petit à petit l’humanité découvre la religion de vérité, qui est le monothéisme éthique (au nom de Dieu, fin du vol et fin de la destruction). L’un des signes de cette transformation de l’homme : un nouveau rapport à la nourriture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire