La loi du talion



Evaluation du préjudice

Longtemps mal interprété par une lecture chrétienne, la loi du Talion préconise une évaluation financière extrêmement scrupuleuse du préjudice subi par la victime.


Exode chapitre 21, versets 24
OEil à la place (en remplacement) de l’oeil, dent à la place de dent, main à la place de main,pied à la place de pied


Mishna Baba Kama, chapitre 8 mishna 1
« Cinq obligations incombent à celui qui blesse son prochain, il doit réparer : le dommage physique, la douleur, les soins médicaux, la cessation de travail, le préjudice moral (honte,humiliation)

• « Dommage : comment ? Il lui a crevé un oeil, coupé la main ou brisé une jambe, on le considère (le blessé) comme un esclave vendu sur le marché et on estime « combien il était bon » (il valait avant) et « combien il est bon » (vaut) maintenant.
• Douleur : il l’a brûlé avec une broche ou un clou, même si c’est sur ses ongles à un endroit où il n’y a pas de lésion, on évalue combien un homme semblable serait prêt à accepter pareille souffrance (sans avoir recours à une anesthésie)
• Soins médicaux : Il l’a frappé, il est obligé de lui assurer la guérison et d’accepter le médecin choisi par la victime
• Inactivité : on le considère comme s’il était gardien d’un champ de courges ou de concombres, car il lui a déjà donné la valeur de sa main ou de sa jambe.

• Préjudice Moral : tout selon l’offenseur et l’humilié. ( Il est en effet lié à la condition sociale de l’offenseur et à l’état psychosociologique de la victime) »


Traité Baba Kama, page 83b
« R. Dostaï, fils de Yehouda: « oeil à la place d’oeil » c’est de la compensation pécuniaire. Tu dis argent, n’est ce pas l’oeil lui-même ? Mais que dirais-tu si l’oeil de celui-ci était grand et l’oeil de celui-ci était petit, comment appliquerais-je le principe de « l’oeil à la place d’oeil » ?
Si tu me réponds : dans tel cas on lui prend de l’argent. La Thorah ne dit-elle pas « il y aura une seule loi pour vous tous (Lévitique XXIV, 22).


Traité Baba Kama, page 83b
« Dans l’école de R.Ychmaël on a enseigné (que ce principe de non- application de la loi du talion) vient du verset suivant : « Si un homme donne une blessure à son prochain, comme il a agi, ainsi lui sera-t-il donné » (Lévitique XXI, 20) et donner ne s’applique qu’à l’argent ».


« Bien qu’il ait payé, il n’est pardonné que s’il lui demande pardon et que la victime accède à sa demande »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire