Peine de mort




Traité Makkot (7a)
« Un Sanhédrin qui prononce une condamnation à mort en sept ans est appelé sanguinaire, selon d’autres opinions, une fois tout les soixante dix ans. 
Rabbi Tarphon et Rabbi Akivà ont enseigné : « Si nous avions siégés dans un Sanhédrin, il n’y aurait jamais eu de condamnation ».


La peine de mort a été abolie, De Facto, dans son application vers 30 e.v c’est-à-dire durant la période du début de la rédaction de la Mishnà et bien avant la rédaction du Talmud. 

Les sages tout en respectant le texte car il n’est pas possible de l’abolir, font en sorte de se rendre inaptes à émettre la sentence de mort. Cependant le principe de justice doit rester car sans justice une société est vouée à la destruction. En fait les maitres s’adressent, avant tout, à la conscience des hommes qui doivent tout faire pour se comporter sur la base de ce qui est écrit dans les Pirké Avoth (chap. I, Mishnà 18) :

« Rabban Shim’on ben Gamliel disait : « sur trois choses repose le monde : Sur la justice, sur la vérité et sur la paix » comme il est écrit (Zac. VIII, 16) : Vérité et justice de paix vous jugerez dans vos portes ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire