Le corps et l'ame



Dans l'un des entretiens qu'eut le Rabbi Yeouda avec son ami Antoninus, il fut question de la responsabilite respective du corps et de l'ame, dans la vie de l'etre humain.

"Antonius dit a Rabbi Yeouda: L'un et l'autre, le corps et l'ame, pourront se faire acquitter lors du jugement (dans le Holam Haba).
-Comment cela ?
-Le corps pourra declarer ceci: C'est l'ame qui pechait, car, a partir du jour ou elle m'a quitte, je suis reste comme une pierre en silence dans la tombe.
Et l'ame pourra dire: C'est le corps qui pechait, car, a partir du jour ou je l'ai quitte, j'ai vole a travers l'espace comme un oiseau."

Rabbi Yeouda repondit: Je vais illustrer ce sujet au moyen d'une parabole.
Un roi humain possedait un magnifique verger, ou se trouvaient des fruits de premier choix.
Il preposa a sa garde deux employes; l'un etait boiteux, l'autre aveugle.
Le boiteux dit a l'aveugle: "Je vois dans le verger quelques fruits de premiers choix; laisse-moi monter sur ton dos et nous nous en procurerons pour les manger."
Le boiteux monta donc sur le dos de l'aveugle; ils prirent les fruits et les mangerent.
Au bout d'un certain temps, le proprietaire du verger y vint et demanda: "Que sont devenus les fruits de premier choix ?"
Le boiteux lui dit: "Ai-je des jambes capables de courir apres ?"
Et l'aveugle dit: "Ai-je des yeux pour les voir ?"
Que fit le roi ? Il ordonna au boiteux de monter sur le dos de l'aveugle et les jugea comme s'il n'etaient a eux deux qu'un seul homme.

De meme dans le "Holam Haba" le Saint Unique (Beni Soit-Il) prendra l'ame, l'enfermera dans le corps et les jugera ensemble."

Talmud Babli, Ordre Nezikin, Masekhet Sanhedrine, Page:91a,b

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire